Vision du métier de serrurier

!!

Bienvenue à vous !

Bienvenue sur le forum de la Serrurerie.
Nous vous invitons à vous inscrire ou vous identifier, afin de bénéficier de la totalité du forum, et des sections réservées aux membres.

Vision du métier de serrurier

*

Hors ligne rentjazz

  • *
  • Messages: 7
Vision du métier de serrurier
« le: décembre 01, 2018, 01:16:52 pm »
Salut à tous,
Je n'ai pas trouvé sur le forum de rubrique présentation.
Donc je le fais ici.
J'ai 32 ans, et suis tous jeune dans la profession ayant créé ma société le 01/10/2018.
Et je ne vous cache pas que même si le métier me passionne, je me pose énormément de questions...
Comme je sais que certains membres font également parti de locksport, autant cité ce que j'ai écris là bas sur ma formation et faible expérience dans ce job :

"Bonjour à tous,

Je vous annonce déjà qu'il s'agit d'un pavé qui j'espère ne sera pas indigeste.
Mais j'ai l'impression d'être chaque jour seul face à moi même et me remet sans cesse en question

Préambule :

Je vous explique brièvement mon parcours.
Initialement, j'exerçais dans l'assurance, métier que j'ai fais par défaut ayant 2 parents dans ce domaine (une maman expert sinistre et un papa agent général)...
10 ans de métiers, 4 ans en tant que commercial auprès de grande compagnie (AXA puis Générali) pour ensuite devenir courtier pendant 6 ans...
J'ai travaillé dur pour developper au fil du temps mon portefeuille client privilégiant toujours la qualité à la quantité.
Au fil du temps je ne vibrai plus pour ce job, passai mon temps à me fâcher avec les services de gestion généralement sur des délais d'indemnisation et interprétation de garanties (évidemment en défaveur de mes clients)...
Depuis tous jeune, je suis tiraillé entre 2 mondes, celui de mon grand père (mécanique et bâtiment) qui me garder les 3/4 du temps quand j'étais petit et celui de mon père (monde de notables, mondanité de chef d'entreprises)...
Suite à problème de santé et naissance de ma fille l'an dernier, je me suis beaucoup remis en question, et me disait que j'avais envie de faire un job qui me ferai vibrer chaque matin ce qui m'a amené vers la serrurerie...
J'ai tenté par tous les moyens de me renseigner via le relationnel que j'avais en assurances, j'ai également contacté la chambre des métiers ainsi que la CAPEB (syndicat de professionnels du bâtiment) et l'on m'a préciser que pour avoir l'intitulé "serrurerie" (code naf) sur mon extrait kbis, il fallait depuis 2015 que je dispose de la certification RNCP IV...

Formation :

Seule la FMSD, structure basée sur Créteil proposait cette certification RNCP IV.
J'ai donc économisé, car bien évidement, étant chef d'entreprise, je n'avais droit à aucune aide sociale pour sortir ces 5 000 € et me former (4 000 € de formation et 1 000 de frais d'hébergement et restauration).
Arrivé là bas en juillet 2018, j'avoue que j'ai déchanté, je m'attendais à du crochetage, de la finesse, de la subtilité et n'ai au final rien eut de tous ça.
Chaque module était fouillis, on nous a clairement fait comprendre que l'ouverture fine était de la connerie, sujet notamment pour le crochetage à endommager le cylindre puisque les goupilles étaient en laitons, etc... etc...
Bref, or mis la radio qui fut la bête noire de bon nombre car on nous l'a expliqué en 5 min et le module à duré a peine 30 min, difficile de maitriser le sujet en si peu de temps l'ouverture de porte claquée.
Pour le reste toutes les ouvertures étaient destructives.
Nous avions à notre disposition des outils non adaptés, parfois cassé au fil des formations.
Je ne parle même pas des modules vitrerie, menuiserie aussi vite survolé que le reste.
Néanmoins et une fois obtenu cette fameuse certification, on se disait qu'au moins on avait une amorce au métier.
Mais ça c'était avant d'arriver sur le terrain...
La seule chose qui me sert au quotidien, c'est de savoir percer ou fraiser un cylindre pour le reste j'ai tous remis en question y compris la radio, j'ai préféré faire l'usage d'autres outils (queue spirale, aiguille de déblocage, feuillards d'ouverture) car je ne voulais pas passer pour un clown auprès des clients. Je m'entraine d'ailleurs chaque jour sur les portes de mon domicile....

Ayant garder contact avec mes collègues dont certains sont devenus des amis, sur une session de 20, on est 4 à s'en sortir à peu prêt en tant qu'indépendant.
Certains n'ayant aucune expérience dans la création d'entreprise se sont lancés puisqu'on leur vendaient du rêve en formation mais n'ayant aucune connaissance de gestion d'une boite, ni aptitude commerciale se sont retrouvés dans des situations compliquées...
Bref, pour conclure sur la FMSD, son seule intérêt est cette certification, à défault et meme si je n'ai aucun recul sur OFC et MADELIN, de ce qu'on m'évoque, sa ne peut être que plus adapté...

Le terrain
Ma spécificité contrairement à mes collègues, c'est qu'au final j'avais anticipé la galère de la création d'une société (déjà connue dans le passer).
Impensable pour moi de m'orienter vers le statut d'auto-entrepreneur, car de part mon expérience dans l'assurance, c'était me tirer une balle dans le pied. (Problème de crédibilité, non éligibilité à certain marché, etc...)
Donc j'ai créé une SAS, tous en gardant en parallèle mon cabinet de courtage en assurances qui tourne et me permet de maintenir un revenu le temps de developper ma nouvelle société.
Bref, c'était bien beau de créer une boite, encore fallait-il trouver des clients, et donc j'ai dut faire tous ce que je ne voulais plus faire, c'est à dire du commercial (ce que je fais d'ailleurs encore quotidiennement).
J'ai d'abord réussi a intégrer des réseaux d'assisteurs en assurances (forcément là dedans je connais du monde), puis des syndic, récemment bailleur sociaux, etc...
Je prospecte en ce moment les huissiers grâce à mon relationnel antérieur.

Les premières interventions furent laborieuses, je passai parfois beaucoup de temps pour rien à cause de mon inexpérience, mais ne majorais jamais mes clients d'heures supplémentaires estimant que c'était de ma faute.
Je m'en sortais toujours grâce à ma tchatche, tentant de rassurer le client alors que j'avais des sueurs froides...
Plus le temps passait, plus je me disais qu'à défaut de ce qu'on avait appris en formation, j'aurai pu faire ceci ou cela.

Puis arriva ma première serrure a larder à pennes cassés, sujet jamais abordé à la FMSD...
Et là se fut l'enfer, psychologiquement je ne voulais pas percer au trépan la porte pour accéder au coffre, j'avais heureusement acheté des coussins d'air sur multipick ce qui m'a permis de créer un écartement nécéssaire pour découpe des pennes à la scie sable.
Dès lors j'ai tous remis en question... Et j'en suis là...

Je veux faire de l'ouverture fine, mais je n'ai clairement pas le niveau, j'essai de me documenter à droite à gauche, crochéte sur mon temps libre des cylindres simples, m'entraine également sur les bump keys, mais a chaque ouverture, j'ai l'impression d'avoir de la chance, chance que je n'aurai pas forcément chez le client. Donc j'opte souvent pour le destructif n'étant pas sur de moi.
J'attends d'ailleurs avec impatience que le pick gun MHP II soit de nouveau disponible pour pouvoir l'acheter et m'exercer...

Bref, l'objet de mon post, c'est que je me sens bien seul, les interventions se passent de mieux en mieux, mais j'ai toujours soif d'apprendre, j'essai sans cesse de me documenter, mais j'ai bien compris que la serrurerie c'était un peu confidentiel, obtenir des plans de serrures me parait utopiste, disposait de gabarit de perçage pour délateur enclenché c'est hyper compliqué. Bref, je ne sais plus vraiment vers qui me tourner alors que tous ce que je demande, c'est de faire du travail propre et exorciser toute ces conneries qui même si permettent ouverture sont moins valorisante qu'une ouverture sans dégat...

Ce post à aussi vocation pour ceux qui s'oriente vers la FMSD d'envisager ce que sa implique...
Pour finir sur un note positive, j'aime vraiment ce que je fais, même si j'aimerai le faire mieux et j'apprend chaque jour grâce à mes 3 collègues avec qui l'on se partage nos interventions, nos galères, nos réussites au travers de photos sur whatsapp's"


Je cherche tant bien que mal à me developper et fais du commercial chaque jour espérant développer mon activité.
J'ai trouvé via la CAPEB (syndicat des professionnels du bâtiment) un financement pour repartir en formation (MADELIN).
Dans l'attente, je bosse principalement avec des prescripteurs (maisonning / multi-assistance / mesdepanneurs), j'ai peu de client direct, et mon site internet n'a pas encore assez de visibilité face au poids lourds de la place (qui au demeurant sont principalement les fameux dépanneurs dont on connait la qualité de service et tarif).

J'aimerai donc échanger avec vous sur le métier et principalement avec les anciens, j'aimerai vraiment travailler dans les règles de l'art et me donne tous les moyens pour y arriver car trouver ce job passionnant.

Par avance merci de votre accueil.

*

Hors ligne arsenelupin

  • *****
  • Messages: 7028
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #1 le: décembre 01, 2018, 03:52:43 pm »
Bienvenue dans ce forum  ;), et merci pour cette présentation .
Effectivement , si vous avez lu , ou êtes en train  de lire les articles de cette rubrique "ENTRE SERRURIERS " , vous constaterez qu'ils confirment qu'un stage de formation ne peut aucunement résumer des années d'études ou d'expérience sur le terrain ( en ville ou en atelier ) .
Ceci est valable pour pour tous les métiers .
Ce n'est pas parce que je fais un stage chez INTERFLORA d'une semaine , que je vais reconnaître d'un coup d'oeil toutes les plantes de la planète ,ou de quelle façon elles poussent . ;)

Pour en revenir à l'ouverture sans effraction "simple" , a savoir l'ouverture à la radio ( sauf si vous tombez sur une LAPERCHE Automatique Tienfor  A2P *** millésime 1986  :o :'( ) , elle est effectivement très souvent pratiqué par les pros .
Les boîtes de dépannages via boîtes aux lettres , trouveront toujours un argument pour enfumer le client , prétextant que la radio ne passe pas , mais la carte bleue dans la fente du DAB oui , et si c'est sous la menace , c'est mieux >:(  .

Pour les autres ouvertures , le pro essaye de faire le moins de dégâts possibles ( coffres-forts y compris ) . Donc si le gars ne sait pas où percer , il va tourner en rond .
L'expérience fait , que le technicien doit faire appel à sa mémoire , ou à son carnet à spirales , façon COLUMBO .
L'avantage de ce carnet , est que vous ne dépendez pas d'une batterie faible , ou d'un bug ;) .
Quand un pro retrouve la combinaison d'un coffre-fort FICHET  à 3 compteurs en moins de 10 minutes , et qu'il annonce au client 300 ou 400 euros TTC déplacement inclus ( c'est un exemple ) , certains d'entre eux font la grimace , et vous n'y pouvez rien , c'est psychologique  .
En revanche , si vous êtes restés 30 ou 45 minutes , la pilule passera mieux .
Je me souviens de deux cas où des pros sont restés plus d'une heure sur le palier ( dans les années 90 / 95 ) , car ils n'avaient jamais été confrontés à ces produits :
une serrure  CAVITH A2P *** et une VACHETTE A2P ** .
Donc obtenir les plans de toutes les serrures du marché est presque impensable( ou très difficile à obtenir) , mais prendre des notes au fur et à mesure des ouvertures est indispensable( avec photos bien évidemment ) .
Vous allez ainsi faire votre propre "banque de données mécaniques"  .

*

Hors ligne rentjazz

  • *
  • Messages: 7
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #2 le: décembre 01, 2018, 05:22:45 pm »
Bonjour arsenelupin et merci pour cette réponse exhaustive.

C'est en effet, ce que j'essai de faire, me documenter au maximum, et surtout car c'est ma philosophie éviter au maximum le destructif.
Je pense à une de mes dernières interventions sur une serrure à larder à galet (ergots), j'ai réussi à créer un écartement nécéssaire avec des cousins gonflables pour faire usage de ma scie sabre et scier les gâches.
Je n'aime pas l'idée de percer la porte à la scie cloche pour accéder au coffre, pour moi c'est vraiment du dernier recours et je trouve qu'une plaque de propreté n'est qu'un cache misère et rend la porte inesthétique. (sans parler de la douloureuse pour le client)

Je m'entraine de plus en plus au crochetage (manuel, je n'ai pas encore investi de pickgun) et bumpkey espérant à terme être en mesure d'en faire usage en intervention.

Ma plus grande difficulté pour l'instant c'est de me faire connaitre. Je m'investi beaucoup dans la communication et me fais des plans de prospection pour rencontrer cordonniers, force de l'ordre, autres prestataires avec qui je pourrais travailler en collaboration.
Ma vision du métier est certes une peu utopiste, mais ce qui me passionne c'est de comprendre un mécanisme, trouver un moyen de ne pas dégrader meme s'il est évident que parfois c'est impossible.

J'ai en effet, un book que j'alimente quotidiennement, pour la vachette 5000 par exemple, j'ai diverse photos, un gabarit de perçage (à voir s'il est compatible avec certaine version) je n'ai malheureusement pas la fameuse pastille rouge...
Je ne prétend pas ouvrir de coffre fort, enfin si, j'en ai ouvert un une fois, mais c'était du bas de gamme à code et vous allez rire, je l'ai ouvert avec un aimant puissant dans une chaussette que j'ai fais coulissé (j'ai eu de la chance que les pennes soit métallique...)
Impensable de faire cela sur un coffre de haute sécurité.

Quant aux fameux "dépanneurs", je ne comprend pas pourquoi ce genre de profil perdure, j'ai rencontré une cliente qui s'est fait facturé 1300 € une ouverture de porte fermée à double tour (rien de particulier porte en bois et remplacement d'un cylindre européen par un héracles Y7), le dépanneur concerné a même réussi a ripé sur la porte ayant fait sauté du verni... Que fais la répression des fraudes? pourquoi ces prestataires sont en haut de page des pages jaunes et apparaissent 15 fois, alors que si l'on regarde leur code naf sur infogreffe, ils n'ont même pas l'activité serrurerie...
« Modifié: décembre 01, 2018, 05:26:32 pm par rentjazz »

*

Hors ligne arsenelupin

  • *****
  • Messages: 7028
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #3 le: décembre 01, 2018, 08:19:14 pm »
Ces sociétés de dépannages travaillent depuis plus de 30 ans ainsi . Des millions d'euros rien que pour la pub ( étiquettes adhésives collées sur les portes , des milliers de cartons publicitaires glissés dans des boîtes aux lettres , dans toutes les grandes agglomérations , des centaines d'adresses et téléphones fictifs regroupés dans les mêmes centraux télécom ,  sur nos "anciens" annuaires téléphoniques d'abord , et maintenant internet ) .

La seule solution , pour faire court : dormir à l'hôtel ( si c'est la nuit ) ou chez  un parent . Ensuite( le jour de semaine ) , se déplacer chez l'artisan le plus proche de chez soi ( vérifier s'il existe ) .
Ouvrir au vibreur ou au pick gun est assez rare , sauf aux USA . Commercialement parlant ,ouvrir en 30 secondes une porte" protégée " par un cylindre VACHETTE ou TESA à 5 goupilles ,est assez déroutant pour la victime .
Certes , cela peut être un argument de vente pour l'intervenant, qui pourra conseiller à son client , de passer à un niveau supérieur, sans se ruiner .
« Modifié: décembre 01, 2018, 08:21:37 pm par arsenelupin »

*

Hors ligne rentjazz

  • *
  • Messages: 7
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #4 le: décembre 02, 2018, 11:00:50 am »
De toute façon, on ne peut pas luter... Juste triste pour l'image de notre profession...
C'est a ce titre que j'aimerai vraiment m'orienter vers l'ouverture fine appréciée dans le domaine judiciaire car avec les prescripteurs que j'ai cité, je n'ai que des moutons à 5 pattes ou des interventions hors périmètres que je prend malgré tous même si c'est alimentaire.
Faut bien commercer...

*

Hors ligne serrurier62

  • *****
  • Messages: 1580
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #5 le: décembre 03, 2018, 04:45:01 pm »
Déjà, bienvenue dans ce beau métier.

Le déroulement de cette formation est tout bonnement scandaleux. Si c'est un organisme certifié n'hésitez pas à prévenir les organismes qui financent ces formations sans éthique.

Un serrurier peut être bon sans savoir crocheter mais c'est une corde à son arc tellement géniale qu'il ne faut absolument pas la dénigrer.

Votre témoignage est intéressant car il ressortira dans les résultats de recherche et permettra à d'autres personnes de ne pas se faire avoir.

Quant à vos angoisses liées à votre manque d'expérience sachez qu'aucune formation ne prépare à 100% à exercer un métier. Et c'est ça qui est bon dans un sens. On apprend tous les jours et toute sa vie. Les formations apprennent  à apprendre  ;)

*

Hors ligne rentjazz

  • *
  • Messages: 7
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #6 le: décembre 05, 2018, 01:20:15 pm »
Bonjour serrurier62 et merci de votre accueil.

Le souci avec le centre de formation évoqué, c'est qu'il s'agit du seul centre permettant aujourd'hui cette certification RNCP IV.
En effet, pour prétendre au code naf "serrurerie" (4332B) auprès de la chambre de métier, cette certification est obligatoire depuis 2015.
Ce qui est incompréhensible, c'est qu'OFC et MADELIN ne permettent pas cette certification, alors que leur centre de formation est bien plus qualitatif selon les échos que j'ai eu.
D'ailleurs, bon nombre de candidat émane de la FMSD souhaitant disposer des aptitudes nécessaires en intervention.
En conclusion, peu importe la qualité de formation, la FMSD est un incontournable pour prétendre à ce mettre à son compte dans cette profession...


*

Hors ligne serrurier62

  • *****
  • Messages: 1580
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #7 le: décembre 06, 2018, 10:33:13 pm »
Certains utilisent un autre code APE
Qu'en pensez vous?
https://www.insee.fr/fr/metadonnees/nafr2/sousClasse/33.11Z?champRecherche=false
Et dans la longue liste il y a:
-la réparation et l'entretien de serrures et d'autres systèmes complexes de verrouillage
-la réparation et l'entretien de coffres-forts, sans surveillance associée
Alors il n'y a pas la pose mais ça a permis à certains de s'installer et s'assurer sans décennale.

*

Hors ligne arsenelupin

  • *****
  • Messages: 7028
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #8 le: décembre 07, 2018, 08:31:20 am »
"Ce qui est incompréhensible, c'est qu'OFC et MADELIN ne permettent pas cette certification, alors que leur centre de formation est bien plus qualitatif selon les échos que j'ai eu.
D'ailleurs, bon nombre de candidat émane de la FMSD souhaitant disposer des aptitudes nécessaires en intervention.
En conclusion, peu importe la qualité de formation, la FMSD est un incontournable pour prétendre à ce mettre à son compte dans cette profession..."
(Citation de RENTJAZZ)

Ce qui est incompréhensible aussi , c'est que certaines de ces  sociétés sont inscrites sur ce forum ,ainsi d'ailleurs que quelques fabricants , et qu'ils n'interviennent jamais , ou très rarement .  >:(



« Modifié: décembre 11, 2018, 10:45:02 pm par arsenelupin »

*

Hors ligne serrurier62

  • *****
  • Messages: 1580
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #9 le: décembre 07, 2018, 03:51:40 pm »
C'est de la veille prospective  ;D

*

Hors ligne rentjazz

  • *
  • Messages: 7
Re : Vision du métier de serrurier
« Réponse #10 le: décembre 10, 2018, 01:54:19 pm »
Concernant le code APE (NAF), il faut savoir que le 4332B (serrurerie) intègre au titre de la chambre des métiers, les domaines suivants :

- Serrurerie à proprement dit
- Menuiserie
- Vitrerie

Ayant un passif de courtier en assurances (j'ai toujours la gérance de mon cabinet), il s'avère que certaines compagnies mutualistes dont je terrai le nom, ne sont pas regardantes sur ce fameux code naf, permettant à des structures tous corps de métiers d'être assurées sur un risque qui ne relève pas de leur spécialisation première.

Quoi qu'il en soit, la décennale reste obligatoire pour tous corps de métier du bâtiment.
Un conseiller proposant de l'abroger au profit de la seul responsabilité civile professionnelle est en défaut de conseils.
En cas de contrôle de la société par les administrations compétentes, la douloureuse peut être extrêmement salée.

Il faut aussi dire que les clients sollicitent rarement l'attestation décennale, j'ai l'un de mes concurrents qui se prétend serrurier et à pour code naf, travaux d'étanchéité  (4399A).
J'en ai bêtement entendu parler, car ce cher Monsieur avait laissé son client en plan, n'arrivant pas ouvrir la porte.
Il a visiblement tenté une ouverture à l'extracteur et sa vis s'étant cassée à abandonné le chantier... (facturant bien sur le client pour son déplacement et main d'oeuvre la modique somme de 550 €)
Sur un radial NT, ambitieux l'extracteur...
J'ai été donc appelé derrière et j'y ai passé un temps fou à cause de cette foutu vis dans le rotor...
En regardant sur infogreffe chez le client les éléments relatifs à la société du prestataire, je lui ait conseillé de contacter la répression de fraude, mais bien sur ce dernier n'a pas fait cette démarche de peur de représailles...
« Modifié: décembre 10, 2018, 06:14:43 pm par rentjazz »


 

Cylindres.fr, Cylindres europées, cylindres sur numéro, organigrammes de clés